Une cause entendu à la prévôté de Québec nous informe que Noël, en date du 5 avril 1675 , s'occupe déjà de la ferme de Sevestre.  Michel LeCourt demande que lui soit remise sa vache qui est chez Sevestre et qui a profitée à Noël.  La vache en question faisant partie des dispositions du bail signé entre Noël et Sevestre, nous pouvons conclure, tel que prescrit dans le jugement de la cause, qu'une compensation a été donnée à LeCourt.

Le 7 avril 1675, le bail de la ferme de Jacques Sevestre avec Noël Rose est conclut par le notaire Romain Becquet.

Le bail est d'une durée de 4 ans au coût de 170 livres par année, payable en deux versements de la façon suivante :

     le 25 décembre :           

          20 minots de blé valant 55 livres

          6 minots de pois valant 12 livres

     le 1er avril : 

           en billets pour une valeur de 31 livres

           en argent monnayable pour le reste soit, 72 livres

La famille Rose pourra profiter d'une maison logeable, granges, étables, cour, jardin et terre labourable.

Obligations de Noël :

     - réparer la cheminée de la maison et la couverture de la grange

     - entretenir et réparer les bâtiments et les clôtures de la ferme

     - loger et chauffer la partie du locateur 

     - chauffer le grenier et une petite cave sous le four

     - laisser un droit de pêche au locateur

Au service de Noël, que ce dernier devra remettre à la fin du bail ou compenser pour la perte :

     - 4 boeufs valant 300 livres

     - une charrette, ses roues ferrées, chevilles de fer et un banneau (tombereau) sans roues, le tout estimé à 81 livres

     - une charrue et ses rouelles, un socle, une courte chaîne et une cheville de fer, évalués à 24 livres

     - une chaîne de prou, une chaîne de traine, 4 courrois et un court bouton de fer valant 14 livres

Supplément au service de la famille Rose:

      - une vache mère à lait moyennant 20 livres de beurre par année à donner à Sevestre le jour de la St-Michel (29 sept.)  

                                                                      (à remettre à la fin du bail ou compenser par la somme de 150 livres)

      - 12 poules et un coq moyennant 10 douzaines d'oeufs et 3 chapons vivants par année à donner à Sevestre pour la

         St-Martin d'hiver (11 nov.)        (à remettre à la fin du bail ou en équivalence)

 

Pour débuter la première saison, Sevestre prête à Noël, 100 bottes de foin qui devront être remises à la fin du bail.  Il vends aussi 12 minots de blé et froment à 70 sols le minot ainsi que 4 minots de pois à 55 sols le minot, payable le prochain jour de la  St-Martin ( 11 nov.).

Finalement, Noël recevra la moitié des profits du fumier vendu par Sevestre que Noël devra livrer au Jardin du Gouverneur. 

Sevestre ne fait pas de cadeau à la famille Rose.  Il veut se faire payer tout ce qui sera utilisé et il s'assure qu'à la fin du contrat, tout sera récupéré.

Noël entreprends la réparation de la cheminé rapidement.  Cette réparation s'avère peut-être plus compliquée que prévu.  Julien Jasmin est engagé pour faire les travaux.  10 jours lui sont nécessaire pour accomplir sa tâche et on fait appel à Jacques Lemire, maître charpentier pour faire "larresté de compte".   Indication d'un litige entre Sevestre et Noël, ce dernier est amené devant la Prévôté de Québec le 4 mai 1675.  Un mois s'est passé entre la signature du bail et la poursuite de Jasmin contre Noël Rose.  Dans ce mois, 10 jours ont servi aux travaux.  On peut donc supposer que Jasmin n'a pas hésité à se faire payer, il a surement été témoin du désaccord entre Noël qui a fait appel à ses services et Sevestre, le propriétaire du lieu qui ne veut pas payer. Noël est condamné à payer 9 francs estimés par Lemire et 20 sols par jour pour les 10 jours travaillés.

Une cause entendue le 11 juin 1675, mettant en parties Julien Jasmin et René Hubert, mentionne une dette de René Hubert envers Noël Rose.  Cette cause sous-entend que Noël n'a toujours pas payé Jasmin, mais que le du de 9 libres est libérés par René Hubert qui doit lui-même ce montant à Noël Rose.

 

La relation entre propriétaire et locataire s'envenime.  Sevestre amène Noël en justice le 11 octobre 1675 pour l'obliger à remplir son obligation de réparer la cheminé.  Pour sa défense, Noël apporte 2 arguments.  La cheminé avait besoin de plus qu'une réparation en mentionnant que  "la cheminé menace de ruine" et de plus, il confirme que les travaux sont faits.  Constatant la contradiction, le juge assigne un arbitre pour aller valider la condition de la cheminé et le cas échéant, Sevestre devra payer les "réparations". 

Le 20 novembre 1676 , le juge Louis-Théandre Chartier de Lotbinière rends deux décisions.  La première consiste à obliger Sevestre à payer la part de Noël sur livraison de semence fait au père Dudouyt au séminaire de Québec et l'autre décision oblige Sevestre à payer à Julien Jasmin la moitié du montant mentionné dans la cause du 4 mai 1675.  Cette cause démontre que le conflit de la "cheminé" a dégénéré et que Sevestre utilisait les moyens à sa disposition pour ne pas payer Noël, même pour un service officiellement notarié.

La famille Rose n'aura pas le privilège de jouir de la ferme pour les 4 ans prévus.  Le 26 février 1677, le juge Chartier mets fin au bail entre Sevestre et Noël.  Le jugement mentionne les points suivants :

Noël doit payer à Sevestre :

     - 216 livres, soit: 39 livres et 10 sols en argent monnayée et le reste le 1er avril prochain

     - des biens estimé par François Hurault :

                - 150 livres pour 2 boeufs 

                - 7 francs pour une pipe de choux

                - 20 francs pour un banc de Cabinet

Noël remet officiellement les objets suivants à Sevestre :

     - paire de roues ferres

     - les chevilles de fer

     - un banneau sans roues

     - une charrue garnie de ses rouelles, socle courte et chevilles de fer

     - une chaîne de prou

     - une chaîne de tresne

     - 4 courroies et 2 courboutons de fer

     - 12 poules et un coq

     - une fourche e un croq

Finalement, la famille qui demeure déjà la Petite-Rivière-St-Charles devra libérer la ferme pour le 15 avril.

Droits réservés : Daniel Rose concepteur-éditeur, 2019-2021

  • Facebook Social Icône

Développé avec l'environnement 

Logo Wix.jpg

Site internet mis en ligne le 29 novembre 2019

Dernière mise à jour : avril 2021